Les yeux jaunes des crocodiles - Katherine Pancol

 

 

  


Auteur :Katherine Pancol

Edition : Le livre de Poche

Parution : 2007

Nombre de pages : 661










Résumé :

Ce roman se passe à Paris. Et pourtant on y croise des crocodiles. Ce roman parle des hommes. Et des femmes. Celles que nous sommes, celles que nous voudrions être, celles que nous ne serons jamais, celles que nous deviendrons peut-être. Ce roman est l'histoire d'un mensonge. Mais aussi une histoire d'amours, d'amitiés, de trahisons, d'argent, de rêves. Ce roman est plein de rires et de larmes. Ce roman, c'est la vie.

Mon avis :



J’ai pris ce livre dans mes bagages avant de partir en Allemagne car je voulais un livre en format poche (pour gain de place) mais assez épais pour m’occuper quelques jours. J’ai donc choisi les yeux jaunes des crocodiles un peu au hasard dans ma PAL.

J’ai trouvé ce roman vraiment addictif ! On va suivre Joséphine, Iris sa sœur, ses filles Hortense et Zoé, son mari Antoine, son beau-frère Philippe, sa mère Henriette, son beau-père Marcel, sa meilleure amie Shirley… enfin bref beaucoup de monde ! A tel point qu’au départ on peut se sentir un peu déstabilisé par tous ces personnages. Du coup on ne reste pas plus de quelques pages consécutives avec chaque personnage et cela rend le roman très dynamique.

J’ai fait synopsis un peu plus détaillé que celle de la quatrième de couverture mais sans spoilers important : si ça vous intéresse surlignez !

Joséphine, maman de 40 ans et chercheuse au CNRS sur le XIIe siècle va devoir faire face aux problèmes qu’entraine le départ de son mari. Eduquer ses filles, gagner suffisamment d’argent pour payer les factures, et surtout affronter le regard de sa famille. Elle a toujours été dans l’ombre de sa sœur Iris, plus belle, plus riche, plus affirmée. Sauf qu’Iris s’ennuie de sa petite vie bourgeoise depuis qu’elle est mariée, elle voudrait qu’on lui porte plus d’attention. Lors d’un diner mondain elle dévoile qu’elle écrit un livre sur le XIIe siècle pour se vanter, sauf qu’un éditeur se montre très intéressé par l’idée. Paniquée, elle demande à Joséphine d’écrire le roman à sa place…


J’ai trouvé que ce roman avait de nombreux défauts mais étrangement cela ne gênait jamais ma lecture.  Des exemples ?

- Les personnages ont des caractères un peu trop manichéens : les « gentils » : Joséphine, Zoé, Marcel, Philippe, Shirley, Gary   et les « méchants » : Iris, Henriette, Hortense. Mention spéciales pour Joséphine qui se laisse manger la laine sur le dos et Hortense qui est juste détestable.
- Bien que ce roman soit bien écrit on passe parfois de la troisième personne à la première personne dans un même paragraphe. Un peu perturbant parfois…
-Il y a des incohérences : Hortense et Zoé regardent la télé au début et à la moitié du livre Hortense se plaint que sa mère ne veut pas mettre de télévision dans le salon…
Zoé est censée avoir 10 ans et a le comportement d’une petite fille de 7-8 ans.
- Et des événements qui ont l’air assez peu probable dans la vie courante (si vous l’avez lu vous savez sans doute de quoi je veux parler)

En lisant tout ça on a vraiment l’impression que je n’ai pas aimé ce livre et pourtant si !
Pour moi ce livre est un peu un guilty pleasure, on sait que cela ne sera pas de la grande littérature mais on éprouve un plaisir jubilatoire en le lisant et en regardant par le trou de la serrure cette famille avec ces secrets.


En bref : 



Un peu comme desperate housewives , on sait que tout cela ne pourrait pas réellement se passer, mais on ne peut pas s’empêcher de continuer !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire